24/03/2008

BIBLIOGRAPHIE

ALEXANDER Gerda,  Le corps retrouvé par l'Eutonie, Collection Le corps à vivre, Paris, Tchou, 1977.

 ALEXANDER Gerda, L'Eutonie. Un chemin de développement personnel par le corps, Paris, Tchou, 1996.

 BRIEGHEL-MULLER Gunna, Eutonie et relaxation, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1972, 3e ed. 1986.

 BRIEGHEL-MULLER Gunna et WINKLER Anne Marie, Pédagogie et thérapie Eutonie Gerda Alexander, Ed. Delachaux et Niestlé, Lausanne - Paris 1994.

 DIGELMANN Denise, L'eutonie de Gerda Alexander, Ed. du Scarabée, Paris, 1971.

 DULIEGE Dominique L'Eutonie Gerda Alexander, Meschers, Bernet-Danilo, Coll. Essentialis, 2002

 DRION Claudine et BOUTE Carine, Eutonie et pédagogie, ABEGA, Bruxelles, 2003.

 GAUMOND Marcel, Du corps à l'âme, Ed. Le Loup de Gouttière, Québec 1996.

 HEMSY de GAINZA Violetta, Entretiens sur l'Eutonie avec Gerda Alexander, Ed. Dervy, Paris, 1997.

 KJELLRUP Mariann Vivre en harmonie avec son corps par l?eutonie, St.Jean de Braye (Fr.), Dangles, Coll. Psycho-soma, 2002.

 MEUNIER - FROMENTI Jacqueline, Eutonie et pratiques corporelles pour tous, Ed. Le courrier du livre, Paris, 1989.

 WINDELS Jenny, Les enfants et l'eutonie, pédagogie et rééducation par le mouvement, Paris, Bernard Giovanangeli, 2002.

 Collectif : ABEGA, (Association Belge d'Eutonie Gerda Alexander), Le contact, compte-rendu des conférences de Bruxelles du 12 juin 1988.

 Collectif, ABEGA, (Association Belge d'Eutonie Gerda Alexander),
Le corps en psychothérapie - Possibilités et limites des approches non-verbales, ouvrage collectif, Louvain-la-Neuve, ABEGA, 1989
 

Collectif, Gerda Alexander : impulsion et impression, Ed. Hélène Roitinger, 2008.

 

23/03/2008

Effets et dimensions de l'eutonie

Quelques effets

• La détente après une journée de travail, de manière à se défaire de la fatigue quotidienne.

• La recherche de mouvements adéquats permettant une meilleure utilisation de sa force et de son énergie sans blocage au niveau des articulations, et par conséquent, la capacité d’exécuter des gestes techniques sans altération des tissus musculaires et osseux.

• Les tensions dues au travail peuvent s’évacuer si elles sont réduites au fur et à mesure. On évite ainsi le risque qu’elles se fixent ou s’enracinent.

• La recherche d’une constante adaptabilité dans les variations toniques, dues à des situations inédites, imprévues, réactualisées ou renouvelées, amène à une meilleure organisation personnelle des conduites.

• L’élimination progressive des mouvements parasites apporte une plus grande disponibilité dans la gestuelle.

• Les relations avec l’objet, le contact conscient entre le corps et l’outil, avec le matériau, permettent d’éviter les tensions.

• La conscience du "transport", c’est-à-dire le redressement réflexe du corps, peut éliminer les crispations du bassin et du dos et rendre plus mobiles les épaules, les bras et les avant-bras, les mains et les doigts.

• Pour porter, jeter, prendre, trier, pousser, poser, glisser, élever, soulever,  etc., la technique de l’eutonie G.A. par le "repousser" dans les appuis est d’une grande utilité et permet d’économiser ses forces.

Dimensions de l'eutonie

1. Observer, ressentir : c'est dans l'observation objective que se dénouent les tensions.

2. Perception des os - "transport" - dans le  repousser pour s'asseoir, marcher, porter,...

3. Contact avec l'environnement, l'espace, des objets pour enlever les tensions (balles de tennis, bambous, ballons, etc)ainsi qu'avec des êtres vivants.

4. Etirements par mouvements activo-passifs et dessins dans l'espace.

5. Bailler, rire et laisser le souffle se déployer.

6. Circuits : mains-bras; pieds-jambes pour s'harmoniser.

7. Globalité de la peau : sentir l'enveloppe qui nous protège et établit la communication intérieur<==> extérieur.

8. Se donner de l'espace et donner de l'espace à l'autre

9. Fluidité tonique : sans tension musculaire, le tonus s'harmonise.

10. Improviser, s'adapter, sans copier un modèle ou reproduire quelquechose : il s'agit pour chacun-e de trouver son chemin à partir de ses sensations.

11. Positions de contrôle

Une pédagogie corporelle accessible

Nos corps se façonnent peu à peu au gré des modes et de contraintes de la vie moderne, dans des attitudes qui se figent trop souvent et deviennent douloureuses et inefficaces. Parmi les propositions que l'on trouve aujourd'hui dans le domaine du mieux-être, l'eutonie apparaît comme une pédagogie originale, une pratique corporelle exigeante, fondée sur l'observation des sensations. La personne est considérée comme un-e élève en recherche et non comme un-e patient-e.

L' « eutonie », c'est la recherche du tonus harmonieux.

Apprendre à sentir son corps, se mouvoir librement avec le minimum de fatigue, faire varier son tonus en fonction des situations à vivre.  Les consignes de l'eutoniste amènent chaque élève à (re)découvrir sa peau, ses os, son espace intérieur et le contact avec le monde environnant. On réactive le réflexe de redressement qui permet à la colonne vertébrale de s'ériger naturellement, sans effort. D'étirements en bâillements, la détente vient peu à peu. La stimulation de la peau, le travail sur les os élève le tonus.

Avec l'eutonie, pas de schéma préalable, de progression prévisible.

 Chacun-e y est bienvenu-e, surtout les plus raides !, pour un cheminement vers un mieux être.

Claudine Drion, eutoniste GA ®

L'eutonie et les chemins du ki

(texte en construction) 

L'eutonie propose différentes pistes qui permettent d'avancer vers les arts martiaux ou les autres voies du ki (ou du tchi).

  • Les étirements agissent sur les méridiens.
  • Le yin et le yang ne sont pas nommés ainsi mais la complémentarité et l'harmonie sont recherchées.
  • L'harmonisation entre l'ortho et le para sympathique (SNA)
  • Les positions de contrôles et les étirements préparatoiresyin-yang
  • Les prolongements
  • Peau/Os
  • Toucher/Contact
  • Le transport ?
  • Attention aux sensations - méditation vipassana

 

21/03/2008

L'eutonie en quelques dimensions

 

1. Observer, ressentir : c'est dans l'observation objective que se dénouent les tensions.

2. Perception des os - "transport" - dans le  repousser pour s'asseoir, marcher, porter,...

3. Contact avec l'environnement, l'espace, des objets pour enlever les tensions (balles de tennis, bambous, ballons, etc)ainsi qu'avec des êtres vivants.

4. Etirements par mouvements activo-passifs et dessins dans l'espace.

5. Bailler, rire et laisser le souffle se déployer.

6. Circuits : mains-bras; pieds-jambes pour s'harmoniser.

7. Globalité de la peau : sentir l'enveloppe qui nous protège et établit la communication intérieur<==> extérieur.

8. Se donner de l'espace et donner de l'espace à l'autre

9. Fluidité tonique : sans tension musculaire, le tonus s'harmonise.

10. Improviser, s'adapter, sans copier un modèle ou reproduire quelquechose : il s'agit pour chacun-e de trouver son chemin à partir de ses sensations.

11. Positions de contrôle pour assouplir les articulations.

 

14/03/2008

Eutonie dans la nature

         Dans l'éducation relative à l'environnement (ERE), l'approche sensorielle occupe une place importante[1], la nature y est découverte  de différentes manières.

 

 

     L'eutonie entre en résonance avec une de ces portes d'entrée, parce qu'elle invite chacun-e à prendre conscience de ses propres sensations tout en étant en contact avec l'environnement. J'ai la chance d'avoir pu intégrer des séances d'eutonie et des séances d'éducation relative à l'environnement, en collaborant avec des collègues spécialisés dans l'ERE.

 

        Nous avons pu sentir combien une leçon d'eutonie donne une ouverture aux activités dans la nature.  Le travail sur la plante des pieds avec la balle de tennis va par exemple permettre un nouveau rapport au sol dans la marche. L'activité qui suivra fera goûter différents types de sol. Deux par deux, un-e guidant l'autre les yeux bandés,  l'herbe, un sentier, du sable, une route, des petites pierres… Quelques consignes d'eutonie permettent d'établir un contact au travers de la chaussure et d'affiner les sensations. Pour repasser au toucher, toujours deux par deux la personne ayant les yeux bandés sera invitée à découvrir avec sa main différentes matières : écorce, sculpture en bronze, matériau en plastic, roches, herbe… Se raconter l'un-e à l'autre les sensations, sans a priori, cela permet aussi comme en eutonie de découvrir qu'il y a différentes manières de sentir; qu'il n'y a pas de modèle !    Une autre activité dans la nature pourra aussi être le prolongement d'un travail en eutonie sur les yeux. Découvrir l'environnement avec une "longue vue" (en fait un tuyau en plastic d'un cm de section) va isoler divers éléments du paysage : on passe ainsi d'une vue globale à une vue analytique, d'un élément isolé à l'ensemble dans lequel il se trouve. Ce type de découverte est en écho avec une des consignes en eutonie : sentir en même temps la globalité de son corps et une partie précise.

 

Quelques consignes d'eutonie peuvent ici inviter à rester dans un toucher au travers d'un regard qui ne se crispe pas et rappeler la conscience de l'arrière tête.Pour éveiller la sensation de la globalité de l'enveloppe de peau, nous pourrons profiter du vent, du soleil qui donnent des sensations différentes, qui frôlent la peau, avec des températures différentes … Dans la nature, mieux qu'en salle, l'odorat peur être sollicité… l'humus, les fleurs, l'herbe, ont des parfums contrastés. Et si ce sens trouve habituellement peu de place en eutonie, il peut amener des sensations intéressantes au niveau de la prise de conscience… et celles-ci peuvent trouver un prolongement en dégustant certaines plantes, une tisane en mariant ainsi le goût et l'odorat.Dans les activités d'éveil sensoriel, on est souvent amené à vivre des découvertes deux par deux ou en petit groupe.              

 

            

Des consignes d'eutonie peuvent aussi accompagner ces démarches pour permettre d'être dans un contact avec l'autre en intégrant le toucher, la conscience de sa propre enveloppe.Faire de l'eutonie dans la nature c'est possible, intégrer l'eutonie dans l'éducation relative à l'environnement (ERE), c'est une piste intéressante pour encourager une approche positive de soi-même et du respect de la nature.  

 

Claudine DRION, eutoniste  http://eutonie.skynetblogs.be/  

 

 

 

[1] Voir notamment :

• CORNELL Joseph, Les joies de la nature, Ed. Jouvence, Genève, 1995.

• DRION Claudine et BOUTE Carine, Eutonie et pédagogie, ABEGA, 2003.